La salinisation des sols dans l’archipel de Kerkennah, Tunisie

Par : Lucile Étienne

L’archipel de Kerkennah est constitué de petites îles et d’îlots dont l’altitude maximale est de seulement 13 mètres. La transition entre la terre et la mer est le plus souvent très douce ce qui implique que de vastes espaces sont touchés par une salinité élevée. Les espaces les plus bas, où la nappe est parfois affleurante, sont composés de sebkhas  qui sont des terres salées et spécifiques des milieux semi-arides. Dans mon travail, j’ai considéré les sebkhas  comme l’ensemble des zones dépourvues et pourvues de végétation halophile caractéristique (chott ). À Kerkennah elles représentent 45% de la surface des îles et sont dites littorales, car elles sont reliées à la mer par un exutoire. Les échanges d’eau entre la terre et la mer sont donc normaux et les sebkhas  peuvent être inondées durant la période hivernale, et sèches pendant l’été. Malgré ces espaces très salés, l’agriculture existe sur les îles principales de Gharbi et de Chergui, y compris près de la côte et dans les sebkhas  (figure 1 ). C’est pourquoi une des questions de ma thèse porte sur la salinité des sols agricoles près du littoral et les problématiques qui y sont associées : quelle est l’extension spatiale de la salinité, quelle est son évolution spatiale et temporelle et comment les agriculteurs réagissent-ils face à elle ?

La Salinisation de l'Ile de Kerkennah

Pour lire la totalité de l’article : http://mappemonde.mgm.fr/119img3/

Publié dans Environnement et Ressources Naturelles, Publications, Tunisie, Uncategorized | Laisser un commentaire

Dynamiques des protestations sociales en Algérie avant et après 2011

Séminaire de Master, Doctorat et Recherches

Mais où sont donc passés le pain, les droits et la justice sociale ?

Situations environnementales, économiques, sociales et politiques au Maghreb et au Moyen Orient depuis 2010

Séance du 1er Mars 2017

Université Paris 8 à Saint Denis. Mercredi 1er Mars, de 15h à 18h. Bâtiment D. Salle D008. Métro Saint-Denis Université. Ligne 13 (Terminus)

Naoual Belakhdar* : « Dynamiques des protestations sociales en Algérie avant et après 2011 ».

Résumé :

La récente chute des prix du pétrole sur le marché international a forcé le gouvernement algérien à remettre en question la politique de redistribution qui a caractérisé la période Bouteflika. Des nouvelles mesures d’austérité, telle que la “Loi de finance 2017”, ainsi que la hausse des prix de produits de consommation ont suscité une vague de mécontentement et de tensions sociales, s’exprimant par des mouvements d’émeutes, des grèves de commerçants, ainsi que par des appels au boycott de certains produits de consommation, jugés excessivement chers. Si ces récents développements semblent conforter le paradigme rentier, nous nous proposons de surmonter le déterminisme inhérent à ce dernier et d’inscrire ces dynamiques protestataires dans le temps, en nous penchant sur les dynamiques contestataires, révélatrices du caractère contradictoire des relations Etat-société en Algérie, qui ont précédé, accompagné et suivi les révolutions arabes de 2011.

En effet, si les tentatives de mobilisation de masse ont échoué en 2011 (Baamara 2012), on observe néanmoins un déplacement de la participation politique hors de la sphère institutionnelle, et ce, de manière plus prononcée depuis la fin de la « décennie noire ». L’espace contestataire algérien est ainsi caractérisé par un large registre de protestations émanant de catégories socioprofessionnelles diverses (Benadji 2007; Faath 2008; Laarcher/Terzi 2012), allant de pratiques de résistance au quotidien, d’actions subversives d’« exit », telles que la « harga » (Ouaissa 2014), d’émeutes  locales à de mouvements sociaux plus établis, tels le mouvement des chômeurs au Sud du pays (Belakhdar 2015). Ces contestations sont cependant généralement caractérisées par leur courte durée, leur atomisation, et des tentatives de cooptation.

Ainsi nous pencherons- nous sur trois « moments » et types de protestations sociales qui ont marqué l’Algérie avant et après 2011, en puisant dans la recherche sur la participation politique non conventionnelle ainsi que la sociologie des mouvements sociaux, afin d’appréhender les ressorts, les conditions d’émergence et les limites de ces mobilisations et d’offrir des pistes pour répondre à la question de quoi la centralité de la question sociale serait-elle le nom ?

* Naoual Belakhdar est politologue, chercheuse associée à l’Otto-Suhr Institute for Political Sciences, Center for Middle Eastern and North African Politics (Freie Universität, Berlin).

Publié dans Actualités & Infos, Algérie, Mouvements sociaux, Uncategorized | Tagué , , | Laisser un commentaire

هيكلة أراضي الدولة الفلاحية…بين الجدوى والشرعية

Par Dr. Abdelmajid Ben Gayess

Je partage ici le très intéressant article du chercheur Abdelmajid Ben Gayess qui me semble constituer une excellente contribution au débat en cours sur la gestion du (et les conflits sur le) foncier agricole en Tunisie. L’auteur pose assez clairement les éléments clés indispensables à la compréhension et aux débats productifs. Toutefois, je n’adhère pas à certaines de ses conclusions et recommandations. Il n’en reste pas moins que le papier mérite d’être lu et partagé le plus largement possible. C’est pourquoi, je le fais ici.

هيكلة أراضي الدولة الفلاحية…بين الجدوى والشرعية — د.عبد المجيد بنقياس

كثر الجدل في الآونة الأخيرة عن أجدى الطرق لفلح أراضي الدولة الفلاحية.هذه التي يكاد لا يذكرها المجادلون إلاّ أياما قبل عيد الاضحى وخلال شهر رمضان.لا لوم على السياسيين لأنّ لكلّ مشروعه الشامل وزاوية نظره للمسألة الزراعية بصفة عامة وللأراضي الدولية بصفة خاصة،لكن اللوم موجّه للمتشدّدين الموالين لهذا الرأي أو ذاك دون معرفة بالموضوع ولا حتى أدنى إلمام به،وقد غلب عليهم التفاعل الحسّي،مساندة أو معارضة،أكثر منه تفاعلا عقلانيا.في المقابل نادى عديد الخبراء بضرورة البحث عن منوال بديل،منوال حكم ومنوال تنمية يؤديان إلى التأسيس للحوكمة الجدية وذات الجدوى القصوى.وقد اجتهد بعضهم وقدموا تصورات قابلة للإثراء والتعديل،لكن لا وسائل الإعلام فتحت لهم الأبواب ولا جلّ الأحزاب عزمت على الخوض فيها،باستثناء بعض الجمعيات والصحف المكتوبة.

يظهر أنّ الخوض في مسألة الأراضي الدولية غير ممكنة دون تحديد الإطار الشامل والتوجهات العامة في علاقتهما بسقف شعارات الحراك الثوري،ما دام الكلّ بدون استثناء يدّعي العمل من أجل تحقيق أهدافه.فالإشكال جوهري باعتبار علاقته بالسيادة الوطنية على ثروات البلاد،وباعتبار ارتباطه العضوي بالسيادة الغذائية التي تمثل أهمّ صواري هذه السيادة.وتبدو أهمية الموضوع كذلك باعتبار علاقته العضوية بمسائل حقوقية(حقّ في تقاسم الثروة-واجب مقاومة الاحتكار)واجتماعية(عدالة،شغل)وقانونية(مجابهة الفساد من محسوبية وتبييض أموال وتهرّب جبائي).

بعض المؤشرات وزاوية النظر

للإحاطة أكثر بالموضوع،وتجنّبا للتفاعل الحسّي والجدل العقيم،وجب التذكير ببعض المؤشرات حتى يقع تنسيب التفاعل والتوجهات.إنّ هذا الجزء من الأراضي الفلاحية،الذي تقدّر مساحته بما يقارب الـ 10% من الأراضي الفلاحية الجملية بالبلاد التونسية،له قدرة انتاجية مماثلة لغيره من الأراضي المحيطة به،فجودة المردود تختلف باختلاف الموقع الجغرافي وباختلاف المسار التاريخي لكلّ ضيعة(نوعية النشاط،حجم الاستثمارات،الحزمة الفنية…).والعارفين بالنشاط الفلاحي يدركون معنى المقاربة المنظوماتية للضيعات الفلاحية التي تنصح بها الخارطة الفلاحية منذ سنوات خلت،كما نّهم يعلمون أنّ نجاح هذه الضيعة و فشل تلك لا يعود لسبب واحد(طريقة التصرّف)بل إلى أسباب متعددة،منها حجم ونوعية الموارد الطبيعية المتوفرة بالضيعة،أولا،والأصناف المنتجة المستعملة(نباتية وحيوانية)ومستوى الإدماج فيما بينها،وماهية وكمية المستلزمات المستعملة،ونمط التقنيات المتّبع،ومنسوب الطلب بالسوق،وآليات الدّعم وسياسة الأسعار المشرّعة.

تؤكّد إحدى الأطروحات،التي اهتمت بتقييم وتصنيف الضيعات الفلاحية العائلية بالبلاد التونسية،بأنّ الضيعات الوحيدة القادرة على الثبات،أمام المنافسة المرتقبة جرّاء اتفاقية الشراكة الأورو-تونسية،هي الضيعات المروية المختصة بإنتاج التمور،وخاصة دقلة النّور،وكذلك الضيعات الكبرى المختصة في إنتاج الحبوب،وخاصة القمح الصلب،بجهات الشمال ذات المنسوب المطري المحترم.لسائل أن يتساءل،ما سبب عزوف أبناء الفلاحين عن النشاط الفلاحي؟هل يُعقل أن يتشبّث الفلاح بأرض ذات مردود ضعيف؟ما سبب عزوف البنوك على تمويل الاستثمار الفلاحي؟ما هو السبب الكامن وراء ضعف التمويل الفلاحي(لا يمول البنك الوطني الفلاحي سوى 8 %من جملة الفلاحين بحجم لا يفوق الـ %18 من مجموع القروض المسندة)!ما هو السبب الكامن وراء ذاك الحجم الهائل من الديون الفلاحية؟للإجابة على هذه التساؤلات،يكفي أن يعلم البعض أنّ ضيعة تمسح 10هك وتعتمد النمط المطري – نمط يشمل 4/3 الضيعات الفلاحية – معدّل دخلها السنوي لا يفوق الدخل السنوي للعامل الفلاحي.

تفاديا الغوص بعيدا عن الموضوع المطروح،فالمنطق والتمشي العلمي يدعوان إلى تحديد زاوية النظر،التي لا نخالها غير تلك المحصورة بين خطّين متقاطعين،الأول منهما يمثّل المسار التاريخي لكيفية تشكّل ملكية الدولة للأراضي الفلاحية بينما الثاني يمثّل أفق المسار الثوري.من هذه الزاوية وباعتبار أنّ الكلّ لا ينكر استحقاقات الفاعلين في المسار الثوري وطموحاتهم يصبح  للأفق مكوّن أساسي هو الشرعية،هذه التي بطبعها لا تستقيم بالمحاباة(الشعبوية وجه من وجوه المحاباة)والتسلّط(القانون إحدى آليات الإفساد)ولا بالفوضى.بالتوازي مع تحديد زاوية الرؤية هناك ضرورة للتسلّح بالمعرفة والحكمة.فالمعرفة منارة للسبيل البديل،لأنها تسمح بالإطلاع على التجارب التاريخية،بينما الحكمة مثبّت للخطى،لأنها تفضي إلى معرفة خصائص المرحلة ومتطلباتها.لهذا وجب البحث،انطلاقا من تلك الزاوية وبالاتعاظ بالتجربة واستعمال العقل،لتحديد مدى شرعية ملك الدولة لأراضي فلاحية وأحقّية هذا أو ذاك بالتّصرّف فيه.

Lire la suite : http://alakassift.blogspot.fr/search?updated-min=2016-01-01T00:00:00-08:00&updated-max=2017-01-01T00:00:00-08:00&max-results=2

 

Publié dans Actualités & Infos, Colonisation, Environnement et Ressources Naturelles, Politique, Tunisie, Uncategorized | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

L’AFFAIRE DE JEMNA QUESTION PAYSANNE ET REVOLUTION DEMOCRATIQUE

Par : Aziz Krichen

L’AFFAIRE DE JEMNA; QUESTION PAYSANNE ET REVOLUTION DEMOCRATIQUE**

Ces derniers temps, on ne parle plus que de l’affaire de Jemna[1]. C’est devenu la nouvelle pomme de discorde. Les échanges sont violents, pleins de cris et de fureur. Dans les médias aux ordres, les arguments les plus invraisemblables sont avancés, pour dénoncer l’occupation de la terre par les paysans. Des arguments qui en disent plus sur les fantasmes de leurs auteurs qu’ils n’éclairent la réalité des faits.

Je ne tiens pas à ajouter ma voix au vacarme, mais simplement rappeler quelques données élémentaires, pour aider à recentrer le débat sur les questions de fond, qui vont bien au-delà du cas de cette palmeraie du Sud.

I

Interrogeons-nous d’abord sur le statut des terres domaniales, dont la ferme de Jemna n’est qu’une minuscule parcelle. Les possessions de l’Etat s’étendent sur près de 800.000 ha et englobent une grande part des terres les plus fertiles du pays. Avant 1956, ces terres étaient détenues par des colons, français ou apparentés. Elles ont été nationalisées en 1964, par la loi de décolonisation agraire, suite à quoi leur gestion a été confiée à l’OTD (Office des terres domaniales) et placée sous la tutelle directe du ministère de l’Agriculture.

Le problème qu’il faut poser est de savoir pourquoi il en a été ainsi : pourquoi l’Etat a-t-il gardé les terres sous sa coupe ? Est-ce que c’est dans sa vocation de posséder des terres agricoles et d’assurer leur exploitation ? Est-ce qu’il reste dans son rôle quand il se transforme en propriétaire foncier et en fermier ? Ces terres avaient été arrachées de force à la paysannerie par un occupant étranger. Leur récupération avait été l’une des principales revendications du mouvement de libération nationale. Une fois reprises par l’Etat, n’aurait-il pas été plus normal, plus juste, plus sain, de les rendre à leurs propriétaires d’origine ?

L’argumentation officielle avancée à l’époque – et répétée ensuite par les gouvernements successifs – était que les paysans tunisiens étaient trop arriérés techniquement et trop démunis financièrement pour exploiter ces terres de manière efficace et rentable. Tandis que la gestion publique pouvait maintenir et améliorer les niveaux de production, créer de la valeur et utiliser le surplus dégagé pour financer le reste de l’économie.

Le raisonnement aurait pu se tenir s’il avait été confirmé dans la pratique. Ce qui n’est pas le cas. Même en faisant abstraction de la courte période de collectivisation forcée (1965-1969), qui a provoqué un véritable effondrement de la production agricole, le résultat de l’exploitation publique des terres domaniales a toujours été déficitaire. Il ne s’agit pas là d’affirmations gratuites. Les comptes de l’OTD sont publiés chaque année. On n’a pas pu enregistrer un seul exercice excédentaire depuis 1970. Et cela fait maintenant un demi-siècle que le scandale perdure. L’OTD est chroniquement déficitaire, et son déficit tend à se creuser exercice après exercice.

Au lieu de développer une agriculture moderne, performante et rentable, l’exploitation des terres domaniales par l’OTD n’a produit que du déficit, ajoutant une charge supplémentaire au budget de l’Etat au lieu de le soulager. Plus gravement, elle a généré un système organisé de corruption, et cela à tous les étages de la hiérarchie bureaucratique mise en place.

Cette corruption tentaculaire n’est pas un résultat accidentel de la gestion publique de la terre, elle en est le résultat nécessaire. Et un résultat d’autant plus nécessaire que tout cela s’est effectué à l’ombre d’un système politique – notamment depuis l’arrivée de Ben Ali au pouvoir – qui s’est fait le complice et le protecteur d’une oligarchie affairiste et mafieuse dont les intérêts ont fini par prévaloir sur les intérêts de l’Etat et du pays.

C’est sans doute cette vérité dérangeante qui explique la virulence de ceux qui dénoncent la reprise de la ferme de Jemna par les habitants de l’oasis. Dès qu’elle a changé de mains, la ferme est devenue subitement bénéficiaire et sa gestion transparente : cela créait un précédent insupportable…

II

Depuis 2011, le phénomène de l’occupation des fermes domaniales par les paysans ne s’est pas limité à cette seule oasis du Sud, il a concerné des dizaines d’autres zones agricoles, réparties sur tout le territoire. Il est temps de se demander pourquoi. D’autant que ce phénomène n’a porté que sur les terres domaniales et jamais sur des terres détenues par des agriculteurs privés, quelque grande que soit la taille de leurs propriétés. Ce qui signifie que l’on n’a pas affaire à des exactions anarchiques de partageux, s’attaquant à la grosse propriété foncière en tant que telle, mais à un mouvement de réappropriation ciblant exclusivement le domaine de l’Etat[2].

Beaucoup ont pensé que la révolution qui a renversé Ben Ali était seulement politique et qu’elle se réduisait à un simple changement d’équipe dirigeante. C’est notamment ce qu’ont paru croire la plupart des partis de l’ancienne opposition. Sauf qu’ils se trompaient lourdement. Les vraies révolutions sont politiques, mais elles sont aussi, et surtout, économiques et sociales : en éliminant les privilèges illégitimes et anti-productifs d’une minorité, elles visent à introduire une réorganisation d’ensemble de l’économie et de la société, de manière à répondre aux besoins du plus grand nombre et à promouvoir le développement et la richesse nationale.

Le soulèvement tunisien a été soutenu par quatre groupes sociaux principaux : le monde rural, la population des quartiers périphériques, le peuple des salariés et les classes moyennes[3]. En participant au soulèvement, chacun de ces groupes exprimait des revendications spécifiques. Et ce n’est pas parce qu’il ne s’est pas trouvé à ce moment de formation politique pour les prendre en compte et les articuler dans un programme cohérent que ces revendications n’existaient pas.

Pour la paysannerie, condamnée par l’ancien régime à vivre dans des conditions d’extrême incertitude, les motifs d’insatisfaction étaient nombreux et justifiés. L’un d’entre eux – et l’un des plus importants – concernait l’accès à la terre, et spécialement la récupération des terres qui leur avaient été arrachées par la colonisation et que l’Etat national, perpétuant cette spoliation, avait gardé par devers lui, au lieu de les remettre à leurs destinataires naturels.

Le droit à la terre est un problème récurrent dans notre histoire moderne. Il s’est toujours posé en termes d’affrontement avec le pouvoir politique. Avant le protectorat, sous le régime beylical, l’exclusion était poussée à ses dernières limites : les paysans ne pouvaient littéralement pas devenir propriétaires des terres qu’ils travaillaient. Les attributs officiels des beys étaient d’ailleurs très révélateurs à ce propos. En accédant au trône, chaque souverain devenait ipso facto « Possesseur du Royaume de Tunis ». Le pays entier était considéré comme son patrimoine personnel, le territoire aussi bien que les habitants.

Le pays lui appartenant, il pouvait en disposer comme il l’entendait. Pour établir sa fortune et en même temps donner une assise sociologique à sa domination, il faisait exploiter un certain nombre de domaines agricoles pour son propre bénéfice et distribuait les autres à des vassaux, pour entretenir leur loyauté vis-à-vis de lui. Ces concessions (iqtaâ) n’étaient jamais accordées à titre définitif. Ce que le bey donnait un jour, il pouvait le reprendre le lendemain et l’attribuer à des prétendants différents.

Les paysans n’étaient pas concernés par ces événements. Ils restaient attachés à leurs territoires et se voyaient simplement changer de maîtres, au gré des calculs politiques du bey ou de ses caprices. Travaillant la terre depuis des générations, ils n’avaient pas de droits sur elle et surtout pas le droit de la posséder.

Dans ces conditions où le monarque demeurait le propriétaire éminent du sol et des hommes, l’appropriation privée ne pouvait pas apparaître ni se développer, sauf à la marge, dans les interstices du système. Cette imprécision juridique à d’ailleurs grandement facilité le travail de spoliation des tenants de la colonisation agraire. Puisque les autochtones n’avaient pas de titres fonciers pour faire valoir leurs droits, la puissance coloniale estimait être devant une situation de vacance de propriété, ce qui l’autorisait à distribuer la terre à ses propres ressortissants. Un grand nombre de colons ont obtenu de vastes domaines grâce à un tel tour de passe-passe.

En agissant ainsi, la France se comportait exactement comme le bey à l’égard de la paysannerie : le pays lui appartenait et elle pouvait en répartir la dépouille à sa guise. En nationalisant les terres coloniales en 1964, Bourguiba a reproduit ce comportement patrimonial. Même si lui, contrairement à la plupart des anciens beys, ne l’a pas fait dans un but d’enrichissement personnel, ni pour enrichir les membres de son entourage. Il ne voulait pas la terre pour lui ni pour les siens, il la voulait pour l’Etat, dans une perspective de modernisation autoritaire de l’économie et de la société. Son despotisme n’était pas intéressé, mais « éclairé ». Mais cela restait du despotisme : un régime où le pouvoir politique est tout et où la population n’est rien.

Je rappelle ces faits historiques pour éclairer le débat actuel, en mettant en relief la différence fondamentale distinguant la dictature de la démocratie. Pour l’avoir expérimentée, nous savons tous ce qu’est la dictature. Mais il ne semble pas que les partis qui nous gouvernent aujourd’hui sachent réellement ce qu’est la démocratie. La démocratie ne signifie pas la disparition du rôle de l’Etat, mais elle exige la transformation de ce rôle, de sorte que l’administration se mette au service de la société au lieu de vouloir la plier à son absolutisme.

La démocratie n’est pas concevable sans l’autonomie du corps social. Cette autonomie passe d’abord par son indépendance économique, laquelle suppose l’accès du plus grand nombre au droit de propriété. Il n’y a pas de démocratie sans société civile et pas de société civile tant que les citoyens qui la composent – ou un nombre significatif d’entre eux – ne sont pas maîtres de leurs conditions d’existence matérielle. La citoyenneté ne se bâtit jamais sur l’exclusion.

En démocratie, l’Etat n’a pas le droit de s’interposer entre la terre et le paysan qui la travaille ; il n’a pas le droit de lui interdire d’être le propriétaire de sa terre. En démocratie, l’Etat n’a pas le droit d’être un propriétaire foncier monopolisant le meilleur de la surface agricole utile d’un pays et cela, quels que soient les motifs juridiques ou idéologiques qu’il invoque.

En démocratie, lorsque les lois existantes empêchent les paysans d’accéder à la terre – et c’est toujours le cas en période de transition, puisque ces lois sont des lois édictées par l’ancien régime –, ces lois doivent être changées et non pas utilisées pour continuer de réprimer ceux qui les contestent. En occupant les terres domaniales, les paysans ne violent pas le droit, ils l’établissent.

III

La Tunisie traverse une crise aigüe, qui s’exprime dans tous les secteurs de notre vie collective. Cette crise exprime la faillite d’un modèle de développement et en premier lieu celle de son volet agricole. Lorsque l’on y réfléchit, on s’aperçoit en effet que la plupart de nos difficultés économiques et sociales sont liées à la paupérisation et à la marginalisation du monde rural, provoquées par la politique agraire officielle.

  • Cela se manifeste d’abord dans l’insuffisance de la production agricole elle-même, notamment la production céréalière, à la base de l’alimentation populaire (pain, semoule, pâtes, farine…). Notre consommation annuelle en produits céréaliers s’élève à 30 millions de quintaux. Selon les récoltes, nous en produisons entre 10 et 20 millions. Année après année, notre déficit varie entre un-tiers et deux-tiers de nos besoins. Nous sommes donc très loin de l’autosuffisance alimentaire, dont on sait qu’elle est la première condition de l’indépendance d’un pays. Ces mauvais résultats ne s’expliquent pas par un facteur unique (la pluviométrie, ou la qualité des sols, ou les méthodes culturales, ou le monopole public sur les meilleures terres, etc.), mais par plusieurs. Parmi ceux-ci, il en est un qui joue un rôle primordial, parce qu’il aggrave l’impact négatif de tous les autres, c’est la politique des prix. Depuis 1956, les prix de vente du blé et de l’orge sont fixés par l’Etat. Et ils sont fixés à un niveau très bas, qui rend l’agriculture vivrière peu rentable, peu profitable, et maintient dans des conditions de grande précarité les paysans qui s’y adonnent. Si la pluie dépend du ciel, les prix dépendent chez nous du gouvernement. Pourquoi les fixe-t-il à un niveau très bas ? Pour des raisons de clientélisme politique. Parce que, depuis 1956, il fait passer le pouvoir d’achat des citadins avant celui des ruraux. Ce n’est pas par hasard si l’explosion de décembre 2010 a d’abord éclaté dans les gouvernorats agricoles.
  • Cela se manifeste ensuite dans la prolifération de l’économie parallèle. La paupérisation continue de la paysannerie entraîne un mouvement permanent de départs de la campagne vers la ville. Contrairement à ce que prétend la propagande officielle, cet exode n’est pas le signe du dynamisme et de l’attractivité de l’économie urbaine : il est la marque de l’incapacité de l’économie rurale à retenir ses enfants et à les nourrir. Les paysans déracinés quittent la campagne, mais ils ne sont pas accueillis par la ville, où la plupart d’entre eux ne peuvent ni se loger ni trouver du travail. Ils s’installent alors dans des quartiers périphériques, qui se transforment rapidement en ghettos insalubres, et s’adonnent à des activités de survie dans les différentes sphères de l’économie parallèle : commerce clandestin, contrebande frontalière, trafic de substances illicites, etc.

Cette économie illégale représente actuellement près de 50% du PIB. Au départ solution de refuge pour des populations sans ressources, l’ampleur prise par le phénomène constitue désormais une menace frontale pour l’industrie nationale, puisque le plus gros des produits commercialisés dans le marché parallèle proviennent de l’étranger (Chine, Italie, Turquie).

Les conséquences de la politique agricole de l’Etat se manifestent également dans un autre domaine essentiel : celui des salaires versés dans le secteur industriel et dans le secteur des services, notamment dans l’administration. La très faible rémunération du travail de la terre permet, en effet, de maintenir les salaires distribués dans l’économie non agricole à des niveaux eux aussi très bas. Un exemple : le Smig tunisien ne fait, aujourd’hui, qu’à peine la moitié du Smig marocain. Par rapport au Smig européen moyen, le rapport tombe à 10%.

La politique des prix dans l’économie rurale, notamment pour les céréales, est directement corrélée à la politique des salaires dans l’économie urbaine. Dans une visée clientéliste, il s’agissait de nourrir au plus faible coût le plus grand nombre possible de salariés dans les entreprises et dans l’administration, sans considération de nécessité ou de rationalité économique. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, la politique des prix a fini par casser le développement de notre économie rurale, et la politique des salaires a fini par casser le développement de notre économie urbaine. Dans les deux secteurs, l’absence de rétribution décente des travailleurs a engendré des attitudes de désintérêt à l’égard du travail. Elle a partout entraîné une baisse de la productivité et des rendements. Et elle a été partout à l’origine de pratiques de corruption multiformes pour compenser l’insuffisance des revenus provenant des circuits de rémunération officiels.

  • Les conséquences se manifestent encore au niveau des contraintes qui s’exercent sur les activités non agricoles, en raison des effets cumulés des précédents facteurs. Le développement des secteurs secondaire (l’industrie) et tertiaire (les services) suppose l’existence d’une large demande solvable (des consommateurs dotés d’un réel pouvoir d’achat) et donc d’un marché intérieur suffisamment vaste pour permettre des économies d’échelle et favoriser l’essor et la montée en gamme des entreprises.

Par elle-même, notre base démographique est déjà réduite : environ 12 millions d’habitants. Etant donné le nombre de chômeurs ainsi que la médiocrité des revenus des paysans, des marginaux des quartiers périphériques et de la grande masse des salariés (ils font ensemble plus de 80% de la population), la demande pour les produits de l’industrie et des services est condamnée à rester structurellement limitée. Nos entreprises se disputent un marché étriqué, qui interdit à la plupart d’entre elles toute perspective de progrès technologique et de croissance soutenue. Celles qui se tournent vers l’exportation pour compenser l’étroitesse des débouchés domestiques rencontrent d’autres difficultés. Certaines peuvent réussir, essentiellement dans des activités de sous-traitance, mais toutes finissent par réaliser qu’il est quasiment impossible de se projeter durablement à l’étranger sans disposer d’une solide base d’accumulation sur le plan national.

  • Ces divers dysfonctionnements du système économique ont créé un environnement à l’abri duquel est née puis a grandi la nébuleuse affairiste et mafieuse, dont les méfaits s’observent aujourd’hui dans de nombreux domaines de notre existence nationale. Profitant de la protection du pouvoir politique et de la fragilité des groupes sociaux – paysans, sous-prolétariat des quartiers périphériques, salariés, patrons de PME –, cette nébuleuse s’est progressivement ramifiée jusqu’à devenir une véritable gangrène infectant des pans entiers de la société, ainsi que les principales institutions : l’administration centrale et locale, la justice, les douanes, les médias, les banques publiques, etc.

Apparue dans les années 1970 à l’ombre du gouvernement Nouira, la maladie a atteint des sommets avec Ben Ali, lorsque le clan Trabelsi s’est emparé des leviers de commande. Le soulèvement de 2010-2011 n’a pas éradiqué le phénomène. Il n’a fait que le perturber momentanément, avant que la dérive ne reparte de plus belle, aggravant le chaos économique et pervertissant la population.

IV

Ramené à ses structures de base, un système économique est un ensemble de relations, un échafaudage où toutes les pièces se tiennent. On a vu comment la politique agricole a produit l’exode rural et le commerce parallèle. On a vu comment cela induisait la politique des bas salaires. Et on a vu comment tous ces éléments conjugués contribuaient à bloquer le développement de nos entreprises, tout en dégageant la voie devant la constitution d’une oligarchie affairiste et mafieuse.

Je viens de parler d’échafaudage. Il s’agit, en l’occurrence, d’un échafaudage très spécial, une sorte de cercle vicieux. Chaque faute, chaque erreur de calcul commise à un point du cercle s’est communiquée, en s’amplifiant, à tous les autres points. C’est ce système pervers qui était la cible véritable du soulèvement populaire. La chute du régime réclamée par les manifestants visait à démanteler l’ancien échafaudage, à substituer un cercle vertueux au cercle vicieux. Dans cette optique, on comprend le caractère stratégique de la question agraire. Elle est à l’origine de tout le reste. C’est là que se situe le nœud gordien.

Le fondement économique de l’ancien régime reposait sur la paupérisation planifiée de la paysannerie. Le fondement du régime démocratique à construire doit être une politique qui, en rétablissant les paysans dans leurs droits, rendrait à nouveau le travail de la terre profitable et productif pour le plus grand nombre. En commençant à débloquer les choses à ce niveau, on se donnera les moyens de les débloquer progressivement à tous les autres.

La question agraire est au cœur de la révolution démocratique. En supprimant des monopoles arbitraires – monopole de l’Etat sur les terres les plus fertiles, monopole de l’Etat dans la définition du prix des céréales, etc. –, on ne fait pas qu’intégrer le monde rural dans l’économie de marché, on rend celle-ci possible en lui donnant l’assise démographique indispensable à son fonctionnement. En développant la production agricole, en améliorant les revenus paysans, on se dote d’un levier essentiel pour impulser l’augmentation de la production dans tous les autres secteurs de l’économie et améliorer le pouvoir d’achat de tous les autres groupes sociaux. La démocratie peut advenir dans un pays où règne la pauvreté. Elle ne peut se maintenir sans risque si la pauvreté de masse se perpétue.

La solution du problème agraire apparaît ainsi comme un passage obligé, conditionnant non seulement le dépassement de la crise de l’ancien modèle économique, mais également la stabilisation à long terme du nouveau système politique. Les difficultés à surmonter sont nombreuses et complexes. Nous avons surtout insisté sur la question de terres domaniales et sur celle de la politique des prix pour la céréaliculture. Mais il y a plusieurs autres défis à relever.

On peut citer, en vrac, le problème des ressources en eau, déjà mentionné, ou celui des circuits de distribution, où sévit une mafia d’intermédiaires véreux, qui gruge aussi bien les producteurs ruraux que les consommateurs urbains et dont les réseaux dominent aujourd’hui la totalité des marchés de gros régionaux. Il y a aussi un grave problème d’infrastructure : insuffisance des dessertes routières et ferroviaire, insuffisance des capacités de stockage et de conservation par le froid, insuffisance des moyens de transport adaptés, etc.

Il y a encore le problème de l’extrême morcellement de la petite propriété, d’une importance capitale dans la perspective de la restitution des terres domaniales. Cette restitution peut, en effet, contribuer à réduire le phénomène ou, au contraire, l’amplifier, dans l’hypothèse d’une distribution indiscriminée. On est ici dans une situation où il faut trouver le meilleur arbitrage entre deux impératifs pas toujours facilement conciliables : l’impératif de justice et l’impératif d’efficacité. Il est évident que seul un gouvernement fort, disposant d’une solide légitimité populaire, pourrait imposer pareil arbitrage.

On le voit, le travail à accomplir est immense pour remettre la Tunisie rurale sur orbite. Il exige une stratégie réfléchie, beaucoup de détermination, beaucoup de pédagogie et, surtout, la pleine mobilisation des premiers concernés. Le pouvoir actuel saura-t-il se montrer à la hauteur de la tâche ? Etant donné sa réaction initiale face à l’affaire de Jemna, il est permis d’en douter.

En vérité, nous sommes placés devant deux scénarios possibles : soit on fera l’effort d’entendre les demandes légitimes des paysans, soit on restera sourd à leurs revendications et l’on s’acharnera à préserver le statu quo. Dans un cas, le pays progressera dans l’unité, de manière responsable et disciplinée et l’on consolidera à moindre frais les bases matérielles de la démocratie. Dans l’autre, on divisera le pays, la répression aggravera l’anarchie et le désordre et on accumulera les pertes et les retards. Au final, cependant, dans les deux cas de figure, le changement s’accomplira malgré tout. Parce que le changement s’est introduit dans les profondeurs du corps social et que rien ni personne ne peut dorénavant arrêter sa course. Les combats d’arrière-garde n’empêcheront pas la roue de l’Histoire de tourner.

Aziz Krichen, Octobre 2016

** Cet article a été d’abord publié par le journal tunisien La Presse daté du Dimanche 31 octobre 2016

[1] – Jemna est une oasis située dans le gouvernorat de Kébili, dans le Sud tunisien. Ancien domaine colonial, la palmeraie est nationalisée en 1964, dans le cadre de la loi de décolonisation agraire. Mettant en avant leurs droits sur une terre dont ils ont été spoliés, les habitants de l’oasis négocient son rachat avec le gouverneur. Une promesse de vente est alors signée. Une collecte permet de verser, à titre d’avance, la moitié de la somme demandée, 80 000 DT de l’époque. Le contrat est ensuite dénoncé par l’autorité publique, qui transforme l’argent déjà perçu en actions bidon dans des sociétés semi-étatiques. La palmeraie est ensuite attribuée à une filiale de la STIL, spécialisée dans la production et l’exportation de dattes. En 2002, après la faillite de cette filiale, le domaine est loué pour 15 ans à deux promoteurs privés proches des Trabelsi. L’occupation de la terre par les paysans de Jemna a commencé le 12 janvier 2011, deux jours avant la fuite de Ben Ali. Le gouvernement veut aujourd’hui la reprendre.

[2] – De la même façon que les actes de vandalisme dirigés contre les biens, enregistrés lors du soulèvement de décembre-janvier, n’ont jamais visé les riches en tant que riches, mais uniquement des individus de l’entourage immédiat de Ben Ali, dont la fortune provenait des actes d’extorsion et des passe-droits que cette proximité autorisait.

[3] – Aziz Krichen, La promesse du Printemps, pp 388-416, Script Edition, Tunis, 2016.

 

Publié dans Actualités & Infos, Environnement et Ressources Naturelles, Politique, Tunisie, Uncategorized | Tagué , , , , , , , , , , | 1 commentaire

‘Those who have, live. Those who don’t, die.’ The forgotten women workers of Tbourba

By: Yassine Sboui & Loes Debuysere

‘Those who have, live. Those who don’t, die.’ The forgotten women workers of Tbourba

October 24, 2016|yassine sboui & loes debuysere

http://loesdebuysere.wixsite.com/blog/single-post/2016/10/21/Those-who-have-live-Those-who-dont-die

Gloire à toutes les femmes combattantes pour leur survie 

A bas les discriminations et l’exploitation des femmes travailleuses.

– Forum Tunisien des Droits Sociaux et Economiques

 

It’s 6.30 in the morning. A group of older women is standing not too far from the Court of Justice of Tbourba, a small rural town in Manouba to the west of the capital Tunis (Tunisia). Each one of them is laden with a selection of large bags containing bottles of water and sunhats. ‘Shhh’, they warn us as we approach to talk. They usher us a little further away from the gate of the house in front of which they stand. One of the women explains:

“People who live here are complaining about our presence. They don’t want us here. The house over there even built a fence to make sure we can’t stand or sit down whilst we wait.”

some-women-waiting-to-be-picked-up-at-6-30-am

Some women waiting to be picked up at 6.30 AM.

the-fence-that-was-built-by-neighbours

The fence that was built by neighbours.

The group of some 20 women is waiting to be taken to do a day’s work on Tbourba’s surrounding fields. They don’t know yet whether they’ll actually be picked up today or not, whether they’ll have work today or not. Initially a little hesitant to talk, they start to overload us with their stories once they realize we are interested in their lives and working conditions.

“We want to tell our story, we want to be on television. We want people to hear  about us. Please take pictures, film us, share our story,” several among them insist.

Weary of their daily hardships, the women are desperate and show none of the convivial camaraderie commonly found amongst Tunisian women. They testify that older women face the most discrimination. They don’t easily find work in the fields and it is they who are the most marginalized of the marginalized. 

“We are less than nothing. The disabled are abandoned, widows are abandoned. There is no support, no doctor, nothing. Aren’t we Tunisians?”

https://www.youtube.com/watch?v=r_W4GsYMFdI

Women who work in agriculture are plentiful in Tunisia. The feminization of agriculture has been going on for several decades, with men admitting that they refuse jobs that require the kind of work and labour conditions experienced by these women. With no other options or job alternatives available – in contrast to men who are often more mobile and free to seek employment elsewhere – women accept to work long days for only 10 to 15DT (around 5 euro) a day, often without a contract and without any kind of insurance or protection. The women workers are generally being brought to the fields by a kabran (intermediary) in the back of pick-up trucks, packed in tightly like cattle. The kabran chooses those of them he sees fit to work, while the rest are kicked out of the truck, humiliated. Accidents regularly happen on the way to work, with the workers often standing up, their bags of water hanging outside so as to not ‘waste’ space. 

as-the-group-of-older-women-is-waiting-on-the-side-of-the-road-a-truck-full-of-younger-women-passes-by-taking-them-to-the-fields-around-tbourba

As the group of older women is waiting on the side of the road, a truck full of younger women passes by, taking them to the fields around Tbourba.

The few men who do the same kind of work are generally paid 3 to 10 dinars (around 3 euro) more. As in most places in the world, women’s work is valued less and poverty is increasingly feminine. When we inquire about why there are almost exclusively women working in Tbourban agriculture, the words ‘obedience’ and ‘efficiency’ can be heard. Women get the work done without much complaining, knowing that this is the only way for them to sustain their families, support their children and take care of their (often unemployed) husbands. As one of a number of unemployed men who spend their time in the local cafés told us,

“In contrast to men, women work more, better and cheaper.”

The question of why women don’t earn the same wage as men remains unanswered. Everyone we talk to knows about these workers’ very poor working conditions; union representatives, state officials, unemployed husbands alike. Yet nothing changes.

the-land-of-tbourba

The land of Tbourba.

Women’s precarious work in agriculture has increased since the ’70s and ‘80s when much of the land in Tbourba was privatised. Most land now belongs to larger landowners and businesses who have either bought or leased the land from the state (hundreds of hectares) and who seek to maximize their profits with the social and economic rights of workers regularly diminished. Besides the big players, there are also small farmers, who increasingly struggle to make a living from their land, often only consisting of a couple of hectares. Women rarely own land themselves, unless it belongs to the family or it has been inherited. Most women are therefore ‘amilat (labourers who work the land), rather than fallahat (farmers who own or hold land).

Most agree that their living conditions have gotten worse since the 2010-11 revolution, with prices and the cost of life continuing to rise in the state’s absence. The dependence of the Tunisian state on the rules of a global market – bolstered by decades of privatization and the conditions of foreign lending – is being summed up by one worker as follows:

“Help from the state? The state is on its knees, it has to take care of itself first before being able to take care of us. We no longer expect anything from the state.”

Another woman worker explains why she longs for the days of Bourguiba’s rule, when the state owned the land:

“It would be good if the state was cultivating the land and employ people to work on it. The state could serve people’s rights. The farmers today don’t want to pay us. Why do we work for private companies?”

Indeed, the big and small landowners and farmers who employ the women today pay the minimum wage (SMAG[1]), or even less when there are no contracts involved. Sometimes payment is postponed or even ‘forgotten’. The labour union UGTT claims that there are also circumstances on state-owned land where women are not paid the minimum wage. While smaller landowners (farmers) willingly spoke to us about their own difficult living circumstances, we weren’t able to go and check the working conditions on the land of the larger agricultural companies, as we were not allowed in. 

a-frip-factory-with-bags-full-of-clothes-in-front

A frip-factory, with bags full of clothes in front.

 

It is not just agriculture where women are relied upon to do the hard labour. Tbourba counts on other female-dominated sectors like the frip- (sorting of second-hand clothing from Europe and the USA) and food-processing industries. More than agricultural labourers, women working in factories often have a contract and some kind of insurance. Nonetheless, working conditions remain generally poor, as one woman who works informally in the frip industry explains:

“We have to bring water and food ourselves. We have no insurance, no rights. The transport is bad and the salaries low. We’re doing all the work while the men are sitting in the cafés smoking shisha.”

While cramming herself into a small taxi jam’iyya (collective taxi) full of women in order to go to work, the woman shouts, while laughing, that she’d love to marry my father to get a visa and leave Tunisia. She invites us to join them to see the factory. But here again, those supervising the work won’t let us into the factory.

Apart from the absence of the state, civil society is also largely missing on the outskirts of Tbourba. Many women, especially those who work without a contract, either don’t know or have no contact whatsoever with the labour union (UGTT). Some women workers in agriculture also complain that the union doesn’t even want to listen to them. A male-dominated union, especially in its higher ranks, the UGTT section of Manouba explains that it cannot help workers who are ‘taht al-hit’ (working informally). The presence of women in the informal sector is high as they have unequal access to the formal labour market, with women’s formal unemployment double that of men.[2]

Women’s associations are equally scarce in the region. The office of the women’s union (UNFT), once the only authorized union to go to for women in rural areas, is a lonely place, with only a couple of members remaining. Being associated with the former authoritarian regime of Ben Ali and his RCD party, the UNFT is struggling to remain relevant in post-uprising times. While some other (feminist) associations have made interesting studies on the conditions of women workers (see for example the studies undertaken by ATFD and FTDES), these associations are not physically present in Tbourba. One of the very few female intiatives present in the region is an association that helps local women fight poverty by offering them training and facilitating the marketing of their products. But tackling the structural causes of the feminization of poverty has yet to begin; real support and help for women to claim their social and economic rights is as of yet absent.

unfts-office-in-tbourba

UNFT’s office in Tbourba.

Whilst evidence of help by both the state and civil society is hard to find, the women workers themselves are keen to speak up. One older agricultural labourer recalls full of frustration:

“I’ve been to the baladiyya (municipality), mo’tamdiyya (delegation) and even to the wali (governor). They don’t want to listen. They ignore us.”

Moreover, in factories, strikes are a common way to force the management to pay unpaid salaries – the number one reason for strikes in the region. If one thing has changed for the better after the uprising, it is that workers have become more vocal. One such worker at a big company states:

“The people started speaking up. Those who didn’t use to speak up are now talking.”

Karama (dignity), one of the demands of the revolution, is far from being fulfilled in the case of women workers in Tbourba. Facing poverty, sexism, discrimination and harassment, all they want is a dignified life and to finally be seen and be listened to. Perhaps it’s time to let them talk on Tunisian television?

“Find me a solution for my daughter, I only worry about her. I want her to finish her studies at university but I have no means to do so…”

https://www.youtube.com/watch?v=ie2__2z4OAI

 

[1] Salaire Minimale Agricole Garanti = 387DT or 155 euro per month.

[2] https://www.awid.org/fr/nouvelles-et-analyse/travail-informel-en-tunisie-un-facteur-inclure-dans-les-strategies-de-lutte 

 

« اللّي عندو يعيش، واللّي ما عندوش يموت. »النّساء المنسيّات العاملات في طبربة

 

تحيّة إكبار لكل النّساء المكافحات من أجل البقاء ليسقط التمييز و الإستغلال ضد النّساء العاملات.
المنتدى التونسي للحقوق الاقتصادية والاجتماعية

على الساعة السادسة والنصف صباحًا، تقف مجموعة من النسوة غير بعيد عن محكمة الناحية بطبربة، مدينة فلاحية صغيرة تابعة لولاية منوبة. تحمل كل منهن حقائبهن حيث وضعن مظلاتهن وزاد يومهن من خبز وماء وقطعة جبن لمن استطاعت إليه سبيلا.

« ششت » تحذرننا عند اقترابنا للحديث معهن وتبتعدن بناعن باب أحد المنازل أين كن واقفات، وتوضح إحداهن:

« القاطنون هنا يتذمرون من وجودنا، انهم لا يريدوننا هنا. أنظروا هناك، أحد الجيران أحاط الرصيف أمام منزله بسياج حتى يمنعنا من الوقوف أو الجلوس هناك في انتظار عمل »

السياج المحيط بالرصيف أمام أحد المنازل

تنتظر المجموعة المتألفة من حوالي 20 امرأة قدوم إحدى الشاحنات لتقلهم إلى الأراضي الفلاحية المحيطة بطبربة للعمل بها. هن لا يعرفن إن كان الفلاحون في حاجة إلى عمال أم لا، إن كن سيحصلن على شغل يوفر قوت عيشهن أم لا. كانت نقطة تجمع هاته النسوة قرب محكمة الناحية بطبربة، نقطة متعارف عليها يقف بها الباحثون عن عمل منذ بزوغ الفجر حتى يأتي الفلاحون بدورهم باحثين عن عمال لجني محاصيلهم، إن أتوا.

كن مترددات في التحدث في البداية، ثم انهمر فجأة سيل من الحكايات من أفوههن عندما أدركن اهتمامنا بظروف حياتهن وعملهن:

« نحبّو نحكيو، نحبّو يورّونا في التلفزة. نحبّو الناس تسمع بينا. صورونا باش يوصل صوتنا للناس. » قال العديد منهن.

معاناة يومية شديدة جعلت النساْ يائسات وقضت على روح الدعابة التي عرفت بها المرأة التونسية. أكّدن لنا أن النسوة المسنات يواجهن الكثير من التمييز يجدن صعوبات جمة في الحصول على عمل في الحقول ممّا يجعلهن الأكثر تهميشا بين المهمشين.

 

https://www.youtube.com/watch?v=r_W4GsYMFdI

النساء العاملات في الفلاحة في تونس كثيرات. تأنيث الفلاحة مستمر منذ عقود، في ظل رفض الرجال العمل في هذه الظروف كهاته النسوة.

ومع انعدام خيارات أو بدائل شغل أخرى، على عكس الرجل الذي غالبا ما يكون أكثر قدرة على التنقل وأكثر تحررا للبحث عن فرص عمل في أي مكان آخر، تقبل النساء العمل لساعات طويلة تصل إلى عشر ساعات لقاء 15 دينارا (6 يورو) يوميا دون عقد ودون أي نوع من التأمين أو الحماية.

غالبا ما يتم جلب النساء العاملات في الحقول من قبل « الكبران » (الوسيط) في الجزء الخلفي من جرار أو شاحنة فلاحية كما لو كن ماشية. وعند تعبئة العمال، يتم فرز النساء بغلظة وتبقى فقط من رضي عنها « الكبران » في حين يقع إذلال وطرد الأخريات من الشاحنة.

في ظل ظروف النقل الرديئة هذه، لا يستغرب العدد الهائل لحوادث انقلاب هذه الشاحنات المحملة بالنساء، واقفات متلاصقات، وتظل حقائبهن معلقة بالحبال خارج الشاحنة لكي لا يقع « إهدار » الفضاء داخل الجزء الخلفي للشاحنة.

يتقاضى العدد القليل من الرجال الذين يقبلون هذا العمل عادة 3 إلى 10 دنانير أكثر من المرأة. وكما هو الحال في مختلف أنحاء العالم، قيمة عمل المرأة متدنية والفقر ينهش خاصة صفوف النساء.

عندما نسأل عن السبب وراء العدد الطاغي من النساء العاملات في القطاع الفلاحي تتكرر مسامعنا كلمات « مطيعة » و »فعّالة ».

تنجز المرأة العمل دون تذمر، علما منها بأنه السبيل الوحيد للقيام بمنازلهن ورعاية عائلاتهن.

في تعليق على عمل المرأة في القطاع وسبب اختيارها من طرف الفلاحين، يقول أحد الرجال العاطلين عن العمل الجالسين في أحد مقاهي المنطقة: » المرا تخدم أكثر من الراجل، خير وأرخص. »

ويبقى السؤال عن السبب وراء التفاوت بين أجرة المرأة والرجل دون إجابة. كل الذين قمنا بمحاورتهم، سواء كانوا ممثلين لأتحاد أو نقابة، موظفين بالقطاع العم أو عاطلين عن العمل على دراية بالوضع المادي والعملي المزري للمرأة في القطاع الفلاحي. و لا شيئ يتغير..

شاحنة تقل النساء للعمل في الحقول بطبربة

بينما كانت النساء ينتظرن على الرصيف، مرّت إحدى الشاحنات مليئة بفتيات في طريقهن إلى الحقل..

إحدى الأراضي الفلاحية في طبربة

إرتقع نسق العمل المضني للنساء منذ السبعينات والثمانينات مع خصخصة جزء كبير من الأراضي الفلاحية بطبربة. معظم الأراضي الشاسعة (مئات الهكتارات) الآن تحت تصرف كبار المالكين والشركات حيث يملكها البعض ويستأجرها البعض من الدولة، وغالبا ما يسعون إلى مضاعفة أرباحها على حساب الحقوق الاجتماعية والاقتصادية للعمال. إضفة إلى هؤلاء، نجد صغار الفلاحين الذين يكافحون على نحو متزايد لكسب العيش من أراضيهم التي تمسح فقط بضعة هكتارات. أغلب النساء « عاملات » تتلقين أجرة لقاء عملهن ولسن «فلاحات » تملكن أرضا.

تجمع أغلب النساء العاملات على أن أوضاعهن ازدادت سوءا بعد ثورة 14 جانفي 2011 بسبب ارتفاع الأسعار وغلاء المعيشة وغياب دعم الدولة. التبعية الكاملة للدولة التونسية للسوق العالمية، نتيجة لعقود من الخصخصة والشروط التي تمليها المؤسسات المالية الدولية من أجل الحصول على القروض الأجنبية، تلخصها عاملة واحدة على النحو التالي: « دعم من الدولة؟ الدولة على ركايبها، حتى تلها بروحها الدولة باش تلهى بينا أحنا. ما عدناش نستنو في حتى شي من الدولة. »

إمرأة أخرى عبرت عن حنينها لأيام بورقيبة عندما كانت الدولة تستثمر الأراضي و تشغل العمال:

« علاش مش الدولة تستغل الأرض و تخدّمنا؟ علاش نقعدو نخدمو عند الخواص في عوض ما نخدمو الدولة؟ و بعد ما يخلصوناش في حقوقنا.. »

و بالفعل فإن كبار الفلاحين والشركات تكتفي بتسديد الأجر الأدنى الفلاحي  

أو أقل من ذلك إذ لا يوجد عقد يقيّدهم. بل إنهم يؤجلون أحيانا الخلاص أو « ينسونه ».(دينار 387) SMAG

ويقول أحد ممثلي الإتحاد العام التونسي للشغل أن بعض النساءيتقاضين أقل من الأجر الفلاحي الأدنى حتى عندما يعملن في الأراضي الدولية.في حين تحدث إلينا صغار الفلاحين بصدر رحب عن ظروف عملهم والمصاعب التي تواجههم، لم يتسن لنا معاينة أوضاع العمل في أراضي الشركات الفلاحية حيث تم منعنا من ذلك.

مصنع فريب بجهة طبربة

بالإضافة إلى القطاع الفلاحي، تشهد بعض الأنشطة الأخرى هيمنة النساء على غرار معامل الفريب وبعض الصناعات الغذائية والمصبرات. وعلى عكس العاملات في الفلاحة، تحصل النساء العاملات في المصانع غالبا على عقد و نوع من التأمين. لكن تبقى ظروف العمل سيئة إذ تقول امرأة تعمل دون عقد في أحد معامل الفريب.

« يلزمنا نهزّو ماكلتنا و ماءنا. حتى الماء ما فماش في المعمل. ما عناش تأمين ولّا « كرني »، ما عناش حتى حقوق.. النقل خايب برشة والشهرية ما تعمل شي.. أحتا نمشيو نخدمو نهار كامل والرجال قاعدين في القهوة يعملو في شيشة.. »

عند صعودها إلى إحدى سيارات النقل الريفي التي تجاوزت حمولتها 12 امرأة، عبرت المرأة عن رغبتها في الزواج بأبي كي تحصل على « فيزا » و تغادر تونس. طلبت منا الإنضمام إليهن لزبارة المعمل، لكن هناك أيضا لم يسمح لنا المسؤولون بالدخول.

إلى جانب غياب الدولة، لاحظنا تواجدا ضعيفا جدا بجهة طبربة. العديد من النساء العاملات دون عقد لا يعرفن شيئا أو لسن على اتصال بالإتحاد العام التونسي للشغل.وتشكو بعض النساء العاملات النقابة التي لا تسمع حتى مطالبهم. نقابة يهيمن عليها الذكور، وخصوصا في المراتب العليا فيها، يوضح ممثل عن فرع الإتحاد بمنوبة أنه لا يستطيع مساعدة وتأطير النساء العاملات « تحت الحيط » . الأغلبية الساحقة من هؤلاء العملين دون عقود وفي ظروف محفوفة بالمخاطرهم من النساء.

الجمعيات النسوية قليلة جدا في المنطقة. مكتب الإتحاد الوطني للمرأة التونسية بطبربة الذي كان في فترة ما الوحيد المرخص له العمل مع النساء في الأرياف، مهجور تماما، لم يبق به إلّا بضعة نساء.. جراء ربطه بالنظام السابق لبن علي، يكافح الإتحاد للمحافظة على نشاطة في مرحلة ما بعد الثورة.

من جهة أخرى، أجرت بعض الجمعيات النسوية دراسات مهمة حول أوضاع المرأة العاملة (مثل الداسات التي أجرتها الجمعية التونسية للنساء الديمقراطيات و المنتدى التونسي للحقوق الاقتصادية والاجتماعية)، لكن هذه الجمعيات غائبة عن أرض الميدان فعليا في طبربة.

إحدى المبادرات القليلة التي شهدنا تواجدها جمعية إرادة التي تهدف إلى تكوين المرأة الريفية ومساعدتها على ترويج منتوجها لمحاربة الفقر والقيام بشؤون أسرهن دون معالجة السباب الهيكلية وراء تأنيث الفقر. الدعم الحقيقي ومساعدة النساء في المطالبة بحقوقهن الاقتصادية والاجتماعية غائب..

مكتب الإتحاد الوطني للمرأة التونسية بطبربة

و مع غياب كل من الدولة والمجتمع المدني إلى حد كبير، تجاهد النساء العاملات للدفاع عن حقوقهن بأنفسهن. تذكر إحدى النساء المسنات تجربتها . « مشيت للمرشدة، مشيت للمعتمدية، مشيت للوالي.. ما عملولي شي لتو، ما تبدل شي…من بكري وأنا نعاني، من وقت الزين و أنا نعاني. »

وعلاوة على ذلك، في المصانع، الإضرابات هي الوسيلة للضغط على صاحب الشركة لدفع الرواتب المتخلدة، و هو السبب الأول وراء الإضرابات في المنطقة. إن وجد تحسن بعد الثورة، فهو أن العمال أصبحوا أكثر تحررا وقدرة على التعبير عن مطالبهم. موظفة تعمل في شركة فلاحية كبيرة تلخص الامر بقولها: « بعد الثورة، الناس ولات تتكلم أكثر، و الّي ما كانش يتكلم ولّى يتكلم »

الكرامة، واحد من مطالب الثورة لا تزال صعبة المنال للنساء العاملات في طبربة في مواجهة الفقر والتهميش والتمييز الجنسي والمضايقات. كل ما يردن هو حياة كريمة وأذن صاغية لمشاغلهن. ربما قد حان الوقت لتسليط الضوء عليهن وإعطائهن منبرا للتعبير في فضاء إحدى القنوات التلفزية؟

https://www.youtube.com/watch?v=ie2__2z4OAI

 

Publié dans Carnet de Voyages, Forum pour la Souveraineté Alimentaire, Publications, Tunisie, Uncategorized, Women | Tagué , , , , | Laisser un commentaire