Séminaire : Mais où sont donc passés le pain, les droits et la justice sociale ?

UFR TES, Université Paris 8 Vincennes à Saint-Denis

Séminaire de Master, Doctorat et Recherches

2016-2017

Mais où sont donc passés le pain, les droits et la justice sociale ?

Situations environnementales, économiques, sociales et politiques au Maghreb et au Moyen Orient depuis 2010

 

Séminaire Organisé par :

Habib Ayeb (Université Paris 8)

François Ireton (CNRS)

Le séminaire aura lieu deux fois par mois le mercredi de 15h à 18h à l’Université de Paris 8 Vincennes à Saint-Denis (bâtiment D, salle D008, rez-de-chaussée ; station de Métro « Saint Denis-Université », terminus de la ligne 13).

Présentation :

Lors des soulèvements populaires qui ont secoué plusieurs pays d’Afrique du Nord et du Moyen Orient (ANMO) fin 2010 et début 2011, l’un des slogans revendicatifs les plus scandés par les manifestants a été : « Pain, justice sociale et dignité ». Ceci prouve, s’il en était besoin, que les demandes « sociales » ont été au cœur des processus révolutionnaires qui ont mis fin à plusieurs régimes autoritaires (dirigés par Ben ‘Ali (Tunisie), Moubarak (Egypte), ‘Ali ‘Abdallah Saleh (Yémen) et Khaddafi (Libye)) et sérieusement secoué plusieurs autres. Aujourd’hui encore, ces revendications sociales, notamment en Afrique du Nord (Maghreb + Egypte), se poursuivent, voire se radicalisent, et ce malgré les processus « contre-révolutionnaires » et les nouveaux pouvoirs qui s’emploient désespérément à y mettre fin, sans succès notable.

Pour sa troisième année d’existence, le séminaire « Mais que veut donc le peuple ? », se proposant de prolonger les réflexions et les thématiques des deux premières, prendra comme objet d’analyse ces revendications sociales et les situations qu’elles dénoncent, compte tenu du fait que les mouvements sociaux de ces dix dernières années ont profondément marqué une « opinion publique » plus sensible que jamais à la non-résolution – voire à l’aggravation – des problèmes socio-économico-politiques « déclencheurs » des soulèvements.

Or, alors que ces problèmes sociaux et les situations structurelles qui les soutendent font l’objet de descriptions et d’analyses de la part d’experts et d’organismes nationaux ou internationaux, produisant une foisonnante littérature grise, souvent confidentielle, à la fois répétitive et lacunaire, et essentiellement destinée aux gouvernants, tout se passe comme si la recherche académique, largement polarisée sur la seule situation politique, considère comme « indigne » de ses ambitions théoriques l’analyse des situations environnementales, économiques (revenus, niveaux de vie, etc.), sanitaires, éducatives, culturelles, etc., qui prévalent dans les pays d’ANMO. Pourtant ces situations forment la trame de la vie quotidienne de ce « peuple » qui a « voulu », en exigeant des changements politiques, la résolution de ses problèmes quotidiens.

Ce sont quelques uns de ces derniers que l’on tentera d’analyser, cette année, en une suite d’exposés portant sur des aspects précis et exemplaires de situations particulières prévalant dans des pays particuliers, ceci en faisant appel à des chercheur/(se)s qui y ont mené, à différentes échelles, des études empiriques et de terrain appuyées sur les problématiques et les théories de leurs disciplines respectives. A titre d’exemples, non exhaustifs, les exposés pourront envisager des situations et problèmes tels que ceux concernant l’environnement et sa protection contre les diverses formes de pollution, l’accès aux ressources « naturelles » (eau potable et/ou d’irrigation, terre agricole, etc.), les infrastructures, la souveraineté et la sécurité alimentaires, l’emploi et la distribution des revenus, l’école, la santé, etc.

Par ailleurs, quand l’actualité politique événementielle des pays d’ANMO « l’imposera », le séminaire pourra s’ouvrir à des exposés en lien avec cette dernière, afin de proposer des analyses originales et/ou alternatives à celles livrées par les médias et les différents « experts » qui y sont régulièrement invités. Néanmoins, suivant en cela la ligne principale du séminaire, on tentera systématiquement d’établir des liens entre les événements concernés et les conditions sociales, économiques et environnementales de plus longue durée qui en forment le contexte.

Calendrier :

Septembre : 28 (Présentation et inscriptions H. Ayeb)

Octobre : 12 et 26

Novembre : 9 et 23

Décembre : 7 et 14

Février : 1 et 15

Mars : 1 et 15 et 29

Avril : 19

Mai : 3

 

Publicités

A propos Habib Ayeb

Géographe et Réalisateur
Cet article, publié dans Actualités & Infos, Uncategorized, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s