La nuit tu mens

« La nuit tu mens » Publié le 6 décembre 2015 par Diane

lamaindeletranger

(après avoir écouté Bashung)

Tu fais des ronds avec la fumée
Ta cigarette brûlante
Attablé. Le soir, à la terrasse
D’un café révolutionnaire
Où le thé coûte trois dinars
Ou la nuit, dans un bar
Où se montrer
Tu ressors les histoires,
Tu ressuscites les martyrs
Tu souffles un peu sur la poussière des soulèvements
Selon l’humeur du jour, le parfum de l’époque, tu changes l’éclairage
Marchand d’histoires, héros de papier
Marchand d’espoir, pour des sociétés plus au Nord, moribondes
qui attendent d’être sauvées
par l’autre rive
(mais sans devoir pour autant
remettre en question leurs croyances)
La nuit tu mens
Tu le sais bien,
Que c’est ce qu’on attend

Depuis quatre ans, tu as vu défiler des filles,
Le petit monde de la coopération
Leurs boucles blondes qui tombent sur leurs bretelles
Leurs projets pour la transition
Tu les écoutes, ou tu fais semblant.
Alors la nuit tu mens

View original post 291 mots de plus

Publicités

A propos Habib Ayeb

Géographe et Réalisateur
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s