Quoi et comment faire avec ça ?

– Une classe moyenne qui fait tout pour protéger des libertés politiques acquises grâce à la révolution et surtout protéger les avantages et privilèges économiques et sociaux assez généreusement offertes par la dictature,
– Une élite politique, intellectuelle et économique qui ignore tout ou presque du pays et de leurs compatriotes, des souffrances, des manques et des privations de ressources et de services dont souffrent les 3/4 de la population et presque 90 % du territoire,
– Des partis politiques de gauche comme de droite, orientés presque exclusivement vers le pouvoir et passent leur temps à chercher les tactiques et les stratégies pour y accéder ou s’y maintenir,
– Des partis politiques qui n’ont ni ambitions, ni projets, ni cadres pour proposer des solutions innovntes et durables pour plus de croissance sociale, de justice, et de droits sociaux, économiques, environnementaux et politiques,
– Un président sans pouvoirs, jadis respecté et engagé pour des causes nobles, qui a engagé des batailles contra la dictature, et qui se trouve aujourd’hui à couper les rubans d’inauguration, à essayer d’exister médiatiquement et politiquement. Souvent injustement caricaturé, insulté, méprisé, marginalisé et qui n’arrive pas à faire rêver la population et même pas les militants de son propre parti politique réduit en miette
– Un gouvernement totalement incompétent, malgré les pleins pouvoirs, et incapable de proposer le moindre projet réaliste qui répond aux attentes les plus urgentes;
– Des Islamistes, qui développent des agendas d’islamisation forcée (salutiste) ou « douce » (Ennahdha) de la société et qui en oublie que la société c’est aussi des femmes, des enfants et des hommes qui ont besoin de se nourrir, de se soigner, d’apprendre, d’exister… avant même de penser au bien et au mal
– Des amis des anciennes dictatures qui reviennent avec des déguisements diverses (la barbe, le stylo, le pinceau, l’argent, les combines, le smoking, les nouvelles cartes politiques, de nouvelles identités….)
– Des libéraux qui guettent le moment pour tout privatiser (-peut être tout acquérir-) et entraîner le pays corps et âmes dans les limbes des marchés mondiaux. En attendant, ils gardent bien le secret sur l’importance de leurs patrimoines et de leurs origines,
– Une gauche qui rêve encore des révolutions socialistes du début du XIXème siècle et qui fait tout pour rester sans voix, inaudible et invisible,
– Une résolution commencé il y a plus de cinq ans et qui n’a toujours pas abouti à des résultats conséquents, en dehors de la chute d’un dictateur (oh combien c’est important), et qui est toujours menacée par un échec dramatique…
… Et une question : Quoi et comment faire avec ça ?
Je ne suis pas réaliste, je ne suis pas pessimiste, mais je n’y vois plus rien… Au secours

Publicités

A propos Habib Ayeb

Géographe et Réalisateur
Cet article, publié dans Politique, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s